Hetaireiai: clubs sociaux et politiques

Les cités grecques comptaient de nombreux clubs sociaux, des groupes unis par des liens d’amitié (philia) et d’intérêts communs. Une façon de boire entre amis, discuter des questions de l’heure et planifier des mariages possibles. Ils n’étaient pas un instrument de mobilité sociale, étant fréquentés par des gens de même statut social et même groupe d’âge (hetairon).

Surtout un instrument de l’aristocratie évidemment, ces clubs ont été un ferment de nombreux complots oligarchiques dans les polis démocratiques.

Une référence : Greeks bearing gifts, par Lynette Gail Mitchell.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s