Ma recette de gâteau aux fruits romain

En cette période de festivités, on trouve ici et là des mentions de l’origine romaine du gâteau aux fruits mal-aimé. Les Romains le confectionnaient à partir de farine d’orge, de grenades et de raisins. Voici ma tentative de reconstituer le tout, en restant assez près des moyens de l’époque. Le résultat a été testé sur ma famille et mes collègues de travail, avec d’excellentes réactions. Les graines de grenades restent croquantes, alors attention.

Les noix de pins sont plutôt dispendieuses, mais elles ajoutent un goût et une texture qui améliore grandement le mélange.

Ingrédients

2 tasses de raisins secs

1 tasse de graines de grenades

1 tasse de noix de pin

¾ de tasse de confiture de fraises

3 tasses de farine d’orge (je prends la mienne chez Bulk Barn)

¼ c. à thé de bicarbonate de soude (okay, je triche un peu là…)

1 c. à thé de piments de la Jamaique (on m’assure que c’est un substitut acceptable pour le mélange courant de l’époque. Mais vraiment, qui sait ?)

2/3 de tasse de beurre

5 œufs

Préparation

  1. Mélanger les fruits et noix : raisins secs, noix de pin, confiture. Mettre de côté.
  2. Mélanger la farine d’orge, bicarbonate de soude, épice). Mettre de côté.
  3. Défaire le beurre en crème, puis ajouter les œufs, en battant vigoureusement. Le malaxeur accomplit très bien cette tâche.
  4. Ajouter le mélange de farine au mélange de beurre et œufs. Bien mélanger pour faire la pâte.
  5. Ajouter les fruits et les noix pour compléter le mélange. Mélanger à la cuillère.
  6. Verser dans des moules graissés. J’utilise un moule à gâteau carré d’une vingtaine de centimètres de côté. On peut mettre du papier parchemin dans le fond, c’est pas si facile à démouler.
  7. Cuire à 275 F (135 Celcius) pendant 2,5 heures, grille du milieu. Je mets un petit plat d’eau dans le four pour éviter l’assèchement, que j’enlève pour le dernier 30 minutes. Enlever lorsqu’un cure-dent sort propre.

Le gâteau est nourrissant, mais sans la lourdeur et le sucre des préparations bourrées de mélasse et de cassonade – pas besoin de généreuses quantités d’alcool pour le faire passer ! On imagine facilement un légionnaire y trouver l’énergie nécessaire pour une longue marche. La recette semble versatile. On peut facilement imaginer essayer d’autres épices, de la noix de coco, la traditionnelle pelure d’orange, des dates. Je parie qu’on peut le manger trempé dans l’huile d’olive ou avec du miel.

Les Égyptiens avaient certainement leur propre variante : ils utilisaient les grenades et l’orge bien avant que les Romains fassent leur apparition. Les noix de pin étaient cependant moins courantes en Égypte, donc substituer un autre type (muscade, noix de coco râpée serait vraiment bien). Ajouter des dattes (1 tasse) me semble fort approprié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s